CONTACT / F.A.Q

CONTACT :

ORLANassistant@gmail.com

F.A.Q* :

*Frequently Asked Questions, and common mistakes

(TRADUCTION FRANÇAISE CI DESSOUS)

COMMON MISTAKES
ORLAN is written in capital letters.
ORLAN has not made plastic surgery throughout her whole life but only from 1990 to 1993.

Why the name ORLAN?
To change your name means to invent yourself.

After a session of psychoanalysis, I realized that I was forgotting some letters of my family name as I signed my name « morte » (dead) on my checks.
I wanted to reuse the syllables which produce a positive connotation while keeping the word « or » (gold), I then added « lan » and from that time I called myself ORLAN.

What is and who is ORLAN today?

I no longer say “I am” but “I are”.
The first part of my work focused on the search for identity and Christian culture.
This Christian culture I discovered and learnt it through art history.
I used the surgery-performances like turning points from 1990 to 1993.
Subsequently, the post-surgery series were made from non-western references (Pre-Colombian, African, American-Indian models, etc).

Are you a feminist?
I am neo-feminist, post-feminist and alter-feminist!
I believe that sex discrimination, machismo and misogyny are inked in all religions, all colors of skin and countries with different degrees.
It is the largest apartheid that exists with millions of women who have no right to education, speech, and without access to medical care. Many are sex slaves confined at home and whom we have the right to beat or even kill. It is impossible to break away from this global problem, even though when you are an artist, you have other problems to deal with.
As an artist, there is often discrimination, even when the profesionnal stakes become serious (exhibitions in galleries, museums, public commissions…). Women artists in most cases are excluded.

Are you a masochist?
I’ve always refused the body as pain.
I celebrate the body as sensual pleasure.
I have always fought against the Christian principles of redemption through pain.
During my surgical operations-performances, the first deal with the surgeon was that I would not hurt during and after surgery.

What’s your point on view on religion?
I did not receive any religious education; my parents were libertarian Esperantists, anarchist and anticlerical.
To me, God is not a case of life or work.

Do you have a definition of beauty?
Beauty is constructed by the dominant ideology refering to models that we shall find beautiful.

Why are you interested in Baroque?
The Baroque shows St. Therese feeling ecstasy and erotic pleasure from the angel’s arrow. This contradicts the Christian religion that asks us to choose between good or evil. The Baroque replaces « or » by « and ».

It is a principle involved in many of my works.

How did you start being an artist?
I have always practiced painting, sculpture, poetry, drama.
At first I acted with rebel behavior, then, as time went on, I built my body of works.

Why do you have implants?
I had the idea to get implants which originally are made to enhance cheekbones. I put them on my forehead, which is not deemed within the reach of beauty.

I wanted to bring forth something different.

Why do you choose to alter your body?
I have always questioned the status of the body in within the society and the political, social and religious pressures that are printed in the flesh.

Why do you do surgery?
I’ve chosen to put some face on my face: I develop a work on figuration and re-figuration. It’s a sfumato between presentation and representation.

I had the idea to put a picture that I loved, not by need for surgery, but to invent myself. I wanted to change the image, to make new images.

Why staging your surgical operations?
The operating room would be my artist studio and its aesthetics had to be transformed to change this place in colorful and humorous ways.
Je changeais l’aspect morbide du bloc opératoire en un lieu de performance et de vie.
I wanted to make a film, videos and photos from these surgical performances.

Each operation was designed from of a psychoanalytic text, literary, philosophical as La Robe by Eugenie Lemoine-Luccioni, or Le Tiers Instruit by Michel Serres.

Do you think you will do more surgical operations-performances?
I produced a bust in Carrara marble, which does not mean that I intend to produce this kind of piece my whole life.
I am not interested in the material but by the idea.
I’m trying to find the proper material to reveal the essence of the idea.

What do you think of plastic surgery?

I’m not against it, that’s a technique of our time.
Yet I’m against its attempts to standardize people.

Why hybridization?
The idea is to mix the differences in order to accept them.
In order to coexist with OTHER and I, who is also « other ».

Why producing series?
Because we can’t answer an issue in one way ; therefore the series allow to approach an idea from different perspectives.

What is your position in relation to motherhood?
I’m pretty radical on this subject.
The Earth is overpopulated and polluted. One more child means more pollution, and to have many children, as exhorted by religions, is highly anachronistic.

It creates more misery. Everyone solves this problem as she/he wants but it’s a great responsibility to give birth to a human being in this world as our resources are getting poorer.
With contraception and abortion, women are free to choose and live their sexuality out of reproductive purposes.

_____________________________________________________________________________________________________

ERREURES COMMUNES
ORLAN s’écrit en majuscules.
ORLAN n’a pas fait des opérations de chirurgie esthétique toute sa vie mais de 1990 à 1993 seulement.

Pourquoi le nom d’ORLAN ?

Changer de nom est dans l’esprit de l’invention de soi.
Après une séance de psychanalyse, je me suis rendue compte que j’oubliais des lettres de mon nom parental et que je signais « morte » sur mes chèques. J’ai voulu réutiliser les syllabes qui produisaient une connotation positive en conservant le mot « or », j’ai ensuite rajouté « lan » et à partir de ce moment, je me suis appelée ORLAN.

ORLAN aujourd’hui, c’est qui, c’est quoi ?
Je ne dis plus « Je suis » mais « Je sommes ».
La première partie de mon travail est axée sur la recherche de l’identité et de la culture chrétienne. Cette culture chrétienne je l’ai découverte et apprise par le biais de l’histoire de l’art.

Les opérations performances chirurgicales m’ont servi de charnière de 1990 à 1993.
Par la suite, les séries post-opératoires ont été construites à partir de référents non occidentaux (modèles précolombiens, africains, américains-indiens, etc.)

Est-ce que vous êtes féministe ?
Je suis néo-féministe, post-féministe et alter-féministe !
Je considère que les discriminations sexistes, machistes et mysogines sont encrées dans toutes les religions, toutes les couleurs de peau et pays à des degrés différents.

C’est le plus grand apartheid qui existe, avec des millions de femmes qui n’ont pas le droit à l’éducation, à la parole, et qui n’ont pas accès aux soins médicaux. Beaucoup sont des esclaves sexuelles confinées à la maison et que l’on a le droit de battre, voire de tuer. Il est impossible de s’abstraire de ce problème mondial, même si lorsque l’on est artiste, on a d’autres problèmes à gérer.

En tant qu’artiste il y a souvent de la discrimination, même lorsque les enjeux professionnels deviennent sérieux (expositions dans les galeries, musées, commandes publiques…).
Les femmes artistes dans la majorité des cas en sont exclues.

Est-ce que vous êtes masochiste ?

J’ai toujours refusé le « corps-douleur ». Je prône le corps sensuel, le « corps- plaisir ».
J’ai toujours lutté contre les principes chrétiens de rédemption par la douleur.

Lors de mes opérations performances chirurgicales, le premier impératif conclu avec le chirurgien était que je ne voulais pas de douleur pendant et après l’intervention.

Quel est votre positionnement par rapport à la religion ?
Je n’ai pas reçu d’éducation religieuse, mes parents étaient libertaires espérantistes, anarchistes et anticléricaux.

Pour moi, Dieu n’est pas une hypothèse de vie ni de travail.

Avez-vous une définition de la beauté ?
La beauté est construite par l’idéologie dominante, elle nous désigne les modèles que l’on doit trouver beau.

Pourquoi vous intéressez-vous au baroque ?
Le baroque montre sainte Thérèse qui jouit de la flèche de l’ange dans une extase extatique et érotique.
Cela contredit la religion chrétienne qui nous demande de choisir entre le bien ou le mal. Le baroque remplace le « ou » par le « et ». C’est un principe qui intervient dans beaucoup de mes œuvres.

Comment avez-vous commencé à être artiste ?
J’ai toujours pratiqué la peinture, la sculpture, la poésie, le théâtre.

Au début j’agissais avec un comportement rebelle, mais au fur et à mesure ma démarche s’est construite.

Pourquoi avez-vous des implants ?
J’ai eu cette idée de me faire poser des implants à la base fabriqués pour rehausser les pommettes.

Je les ai mis sur mon lobe frontal, ce qui n’est pas réputé à la portée de la « beauté ». Je souhaitais ainsi apporter de la différence.

Pourquoi choisissez-vous d’intervenir sur votre corps ?

J’ai toujours interrogé le statut du corps dans la société et les pressions politiques, sociales et religieuses qui s’impriment dans les chairs.

Pourquoi faites-vous des opérations chirurgicales ?

J’ai choisi de mettre de la figure sur mon visage : j’opère un travail sur la figuration et la refiguration. C’est un sfumato entre présentation et représentation.
J’ai eu l’idée de remettre une image que j’aimais beaucoup, pas par nécessité de faire une opération chirurgicale, mais pour m’inventer moi-même. Je voulais changer d’image, pour faire de nouvelles images.

Pourquoi mettre en scène les opérations chirurgicales ?
Le bloc opératoire devait être mon atelier d’artiste et son esthétique devait être transformé pour le changer de manières colorée et humoristique

Je change l’aspect morbide du bloc opératoire en un lieu de performance et de vie.
J’avais dans l’idée de créer un film, des vidéos et des photos à partir des performances chirurgicales.
Chaque opération a été conçue à partir d’ un texte psychanalytique, littéraire, philosophique comme La robe d’Eugénie Lemoine-Luccioni, ou encore Le Tiers Instruit de Michel Serres.

Est-ce que vous pensez refaire des opérations performances chirurgicales ?
J’ai produit un buste en marbre de Carrare ; pour autant, cela ne veut pas dire que j’ai l’intention d’en créer toute ma vie.
Je ne suis pas intéressée par le matériau mais par l’idée.

J’essaie de trouver la bonne matérialité pour révéler l’essence même de l’idée.

Que pensez-vous de la chirurgie esthétique ?

Je ne suis pas contre, c’est une technique de notre temps.
En revanche je suis contre ses tentatives d’uniformisation et de normalisation qu’elle traduit.

Pourquoi l’hybridation ?
L’idée est de mixer les différences pour pouvoir les accepter.

Pour être en coexistence avec l’AUTRE et JE qui est aussi un autre.

Pourquoi choisir de créer des séries ?
Parce qu’on ne peut pas cerner la thématique d’une seule façon ; la série permet d’aborder une idée sous des angles différents.

Quel est votre positionnement par rapport à la maternité ?
Je suis assez radicale sur ce sujet. La Terre est surpeuplée et polluée. Un enfant de plus, c’est de la pollution en plus et avoir beaucoup d’enfants comme le préconisent les religions est extrêmement anachronique.

Cela crée de la misère en plus. Chacun règle ce problème comme il l’entend mais c’est une grande responsabilité de mettre un être humain au monde et sur notre Terre alors que les ressources s’épuisent.
Avec la contraception et l’avortement, la femme a la liberté de choisir et de vivre sa sexualité en dehors des fins de reproduction.